Skip to main content

Bastia Offshore Fishing Association

La passion de la pêche sportive en Méditerranée !

Accueil  Actualités  Qui sommes-nous ?  Charte  Biologie  Produits et services  Le bateau  Règlements  Photos et vidéos  Boutique  Contact et adhésions  Liens   
Règlement à bord
Règlement IGFA
Règlement FFPM
Taille légale de capture
Règlementation Thon rouge
Règlementation Espadon
Règlementation Mérous
Règlementation Corb
Règlementation maritime
Règlementation pêche
LA FFPM
Fédération Française des Pêcheurs en Mer
135 Avenue Clot Bey - 13008 MARSEILLE
Tél : 04.91.85.19.67 / Email : feder.pecheurs.mer@wanadoo.fr





 

PRIX DES LICENCES FEDERALES FFPM POUR 2017

LICENCESPRIX DES LICENCES
JEUNE (dans toutes les disciplines à l'exception de la Haute-Mer)5,00 €

TARIF UNIQUE POUR DISCIPLINES CI-DESSOUS :

- BORD

- BATEAU

- PALANGROTTE

- HAUTE MER

- ARBITRE

25,00 €
JEUNE HAUTE-MER  (à partir de 14 ans)15,00 €
CARTE JOURNALIERE10,00 €
 

Charte d'engagements et d'objectifs de la FFPM pour une pêche maritime de loisir éco-responsable

 

La charte signée le 7 juillet 2010 entre les différents organismes concernés par les activités en mer, le Ministère de l’Ecologie et le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche a pour objectif de maintenir les équilibres environnementaux et assurer la durabilité de la pêche de loisir ainsi que de sensibiliser tous les pratiquants aux enjeux écologiques liés à la pêche en mer.
Le chantier réglementaire visant à faire rentrer dans la règlementation les dispositions de cette charte a été lancé avec la mise en place d’un Comité de Pilotage ayant pour mission d’élaborer tous les textes permettant de répondre aux exigences de la Charte.
Un Comité de suivi a aussi été mis en place pour établir un bilan de l’action conduite au bout de la première année et qui sera présenté aux Ministres en charge de l’environnement, de la mer et de la pêche. Il sera rendu public.
Notre Fédération, plus que jamais, participe aux différents travaux pour apporter des solutions raisonnables sur les grands axes définis par la charte à savoir :
# La gestion de la ressource
# Les échanges entre l’administration et les pêcheurs de loisir
# La lutte contre la fraude comprenant :
- Le marquage des produits de la pêche maritime de loisir
- La mise en place de conventions pour la prévention
- Le renforcement des sanctions
# La déclaration de l’activité de pêche maritime de loisir
Les premiers travaux entrepris par le Comité de Pilotage ont porté d’abord sur une proposition de texte à faire valider par le Ministère de la Pêche pour le marquage permettant une identification du poisson capturé par les pêcheurs de loisir et ceci dans le cadre de la lutte contre la fraude prévue dans la charte.
Le deuxième sujet discuté concerne la déclaration de l’activité de pêche maritime de loisir pour laquelle les membres du Comité de Pilotage sont parvenus à une modélisation qui sera encore revue sur quelques points avant mise en place définitive.
Pour continuer cette tâche, le Ministère de l’Ecologie doit dorénavant donner au Comité de Pilotage tous les outils informatiques nécessaires pour effectuer cette première démarche.
Il est important de faire aboutir tous ces travaux afin de ne pas voir resurgir à nouveau le spectre d’un permis de pêche dans les deux années qui vont suivre ce qui anéantirai tous les efforts entrepris depuis le Grenelle de l’Environnement.
La prochaine réunion du Comité de Pilotage aura lieu le 6 Avril prochain et portera sur la protection de la ressource tout en continuant de suivre les deux premiers volets de la charte déjà traités.
 
Louis MORVAN


Communiqué de presse de la FFPM du 11/03/2011

 

 

La Charte d’engagements et d’objectifs pour une pêche maritime de loisir éco-responsable a été signée le 7 Juillet 2010 par Jean-Louis BORLOO, Ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer, Bruno LEMAIRE, Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, ainsi que par les plus importantes Fédérations et organisations concernées par la pêche en mer, également signataires de ce communiqué de presse.
Sous l’impulsion du Grenelle souhaitant explicitement un encadrement de l’activité pêche loisir, cette charte est l’aboutissement d’un long travail de concertation entre les pêcheurs représentés par les fédérations signataires, qu’ils soient professionnels ou plaisanciers, et l’administration. Elle définit les principaux axes d’actions à mener pour assurer à l’avenir une gestion durable des ressources halieutiques en misant avant tout sur l’information des pratiquants et une réelle communication entre administrations et usagers.
Les conditions sont donc enfin réunies pour la mise en place des mesures retenues dans le cadre de cette charte dont les principaux points sont :
La gestion de la ressource
La réglementation devra évoluer sur les tailles minimales de capture, les périodes de repos biologiques, la limitation de prises journalières pour certaines espèces en danger.
Cette gestion est absolument nécessaire, sous peine de voir certaines espèces disparaître
La lutte contre la fraude
Le marquage des produits de la pêche maritime de loisir et la généralisation des conventions pour lutter conter la vente illégale des produits de la mer dans tous les départements littoraux. Le renforcement des contrôles et des sanctions juridiques et financières à l’encontre des braconniers et des receleurs.
La sensibilisation aux enjeux environnementaux
La mise en place d’une déclaration préalable de l’activité de pêche de loisir permettra à chaque usager de recevoir une information complète sur la réglementation, la sécurité et les bonnes pratiques.
Le Ministre d’Etat, Jean-Louis BORLOO l’a précisé explicitement au cours de cette signature : « l’instauration d’un permis de pêche en mer serait totalement inefficace pour atteindre ces 3 objectifs de gestion de la ressource, de lutte contre la fraude et de sensibilisation aux enjeux environnementaux ».
La charte d’engagement et d’objectifs pour une pêche maritime de loisir éco-responsable représente un cadre sain de concertation, qui, si chacun y joue son rôle avec sérieux, devrait permettre à la pêche de loisir de s’inscrire durablement dans une approche éco responsable et placer la France au premier rang des pays européens en ce qui concerne un encadrement bien compris et donc bien accepté de l’activité de pêche de loisir.
Les allégations erronées de certains médias nous ont amené à co-signer le présent communiqué.
Les signataires :
La Fédération Française des Pêcheurs en Mer
La Fédération Nationale des Pêcheurs Plaisanciers et Sportifs de France
La Fédération Française d’Etudes et Sports Sous Marins
La Fédération de Chasse sous-marine Passion
L’Union Nationale des Associations de Navigateurs


Courrier du 25 Mars 2009 du nouveau Président de la FFPM, Mr Gérard Peroddi

 

 

 


Courrier du 15 Juillet 2008 du Président de la FFPM, Mr Louis Morvan

 

Paris, le 15/07/2008
THON ROUGE

Aux Présidentes et Présidents des Clubs du Paca, du Languedoc et de l'Aquitaine


Mesdames, Messieurs,

Par arrêté du 9 Juin dernier, paru seulement au Journal Officiel le 6 Juillet, la Direction des Pêches Maritimes vient, pour la deuxième année de suite, nous imposer un arrêt de la pêche du thon rouge en Méditerranée et en Atlantique et ceci en plein milieu de la période de pêche autorisée par le règlement européen réf : 643/2007.

Nous n’avons eu connaissance de cette décision, Jacques CHAMPOLÉON et moi-même, que le vendredi 4 Juillet par l’intermédiaire des Affaires Maritimes de Marseille avec qui le Comité Régional PACA est en relation étroite, ce qui nous montre de façon évidente le peu de souci de la DPMA de nous informer avant promulgation d’un tel texte.

Par ailleurs, nous pensons que les pêcheurs professionnels sont intervenus dans ce débat, ce qui est désolant et m’amènera à prendre quelques mesures à leur égard comme la remise en cause intégrale du reversement sur les ventes au profit des œuvres caritatives fait jusqu’à présent aux Comités Locaux des Pêches Maritimes ainsi que de nous porter « partie civile » dans tous les litiges dont ils feraient l’objet au plan juridique.

Au plan de notre action, je suis intervenu immédiatement :

1) auprès de la Directrice des Pêches Maritimes qui m’a fait part sans états d’âme de l’impossibilité de modifier cette décision prise au plus haut niveau, me laissant ainsi peu d’espoir de voir nos instances de tutelles revenir sur cette décision, sauf à modifier les inexactitudes de l’arrêté.

2) auprès du Ministre Michel BARNIER à qui j’ai adressé une lettre lui demandant de me recevoir pour examiner le problème.
Lettre aujourd’hui sans réponse.

3) auprès du Président de la République, Nicolas SARKOZY, à qui j’ai également adressé une lettre pour lui demander d’arbitrer ce litige.
Je sais de façon formelle que cette correspondance est actuellement sur le bureau du Conseiller du Président de la République pour les problèmes de la pêche en général et devrait être examinée.
Quand ?
De plus, et avec mon plein accord, Jacques CHAMPOLÉON a réuni le mardi 8 Juillet la Commission Nationale de Pêche en Haute Mer afin d’informer au mieux et de connaître les avis des uns et des autres sur le sujet.

Un compte-rendu m’a été adressé dès le mardi après-midi faisant le point sur les interrogations et me demandant d’intervenir de différentes façons.

J’ai été amené à vérifier, une fois de plus, l’exactitude des termes utilisés dans l’arrêté par rapport aux textes règlementaires de la CE et n’ai trouvé aucune véritable raison pour nous permettre de mener une action au plan juridique d’autant plus que toute décision prise par un Etat Membre de la CE et qui est plus contraignante que la règlementation européenne ne peut être contestée en tant que telle auprès du Tribunal Administratif qui en l’occurrence n’est pas compétent.

En effet, seul le Conseil d’Etat a autorité pour prononcer une modification ou une annulation d’un arrêté ministériel et pour cela il nous faut des arguments plus solides que la discrimination par rapport aux pêcheurs professionnels ou la définition des quotas.

Cette position m’a été confirmée par deux avocats, qui ne se connaissent pas et ayant une expérience solide en la matière.

Par ailleurs j’ai eu au téléphone longuement, Loïc LAISNE, Directeur adjoint de la DPMA qui m’a confirmé l’impossibilité d’annuler l’arrêté du 9 Juin.

Cet entretien n’a pas été totalement négatif puisqu’il m’a laissé entrevoir la possibilité d’obtenir une indemnisation pour les frais engagés par notre Fédération pour la mise en place des carnets de relevés des prises et par les organisateurs de compétitions.

J’ai demandé aussitôt à Jacques CHAMPOLÉON de m’établir un état exhaustif des frais engagés avec justificatifs et ceci le plus rapidement possible.

En conclusion :

Une modification de l’arrêté est quasiment inenvisageable par une action juridique quelle qu’elle soit.
La pêche du thon rouge n’est plus autorisée jusqu’au 31 Décembre 2008 et tout thon capturé doit immédiatement être remis à l’eau.
La possibilité d’obtention d’une aide pour compensation de nos frais

Il me faut aussi parler de l’avenir.

Dans le contexte actuel, notre instance de tutelle qu’est la DPMA en matière de pêche semble se diriger vers la notion de « no kill » ce qui serait une manière élégante pour eux de régler le problème pour les années à venir et répondre ainsi aux exigences de protection de l’espèce.

La question est de savoir si cette manière de pêcher est incompatible avec nos méthodes, notre éthique fédérale, notre envie ?

Voilà en résumé la situation telle qu’elle m’apparaît à ce jour avec tout le réalisme que l’on doit avoir pour éviter encore d’autres désillusions.

Je ne peux terminer sans vous faire part de ma colère suite à quelques mails reçus depuis lundi dernier dont certains termes sont désobligeants à l’égard de l’ensemble des dirigeants de la FFPM qui avec beaucoup d’abnégation et de réalisme font tout pour défendre notre organisation.

Je ne peux que regretter de telles attitudes.

Je vous prie de croire, Mesdames et Messieurs, en l’expression de mes sentiments amicaux les meilleurs.

Louis MORVAN


Cette page constitue un outil de documentation pour la pêche de loisirs et n'engage pas la responsabilité du site ou de l'Association.
HAUT DE PAGE