Skip to main content

Bastia Offshore Fishing Association

La passion de la pêche sportive en Méditerranée !

Accueil  Actualités  Qui sommes-nous ?  Charte  Biologie  Produits et services  Le bateau  Règlements  Photos et vidéos  Boutique  Contact et adhésions  Liens   
Règlement à bord
Règlement IGFA
Règlement FFPM
Taille légale de capture
Règlementation Thon rouge
Règlementation Espadon
Règlementation Mérous
Règlementation Corb
Règlementation maritime
Règlementation pêche
Réglementation maritime pour les plaisanciers
 

Nouvelle réglementation sur l' utilisation d' une VHF marine (Mars 2011)
 
La réglementation sur l'utilisation des VHF marines a changé depuis Mars 2011. Le Certificat Restreint de Radiotéléphoniste (CRR) n' est plus obligatoire. Désormais, toute personne naviguant en mer, dans les eaux françaises, sur un bateau de puissance inférieure à 6 cv (donc sans permis), peut posséder et utiliser une VHF dites "portable" de moins de 6 W, à condition toutefois d'avoir fait préalablement une demande de licence auprès de l' ANFR ( Agence Nationale des Fréquences). Cette licence est désormais gratuite.

Par ailleurs, toute personne naviguant en mer, dans les eaux côtières françaises, peut utiliser une VHF fixe, sous reserve de posséder à la fois une licence (gratuite) et le permis correspondant à sa zone de navigation (moins de 6 miles nautiques : permis mer ; plus de 6 miles nautiques : permis hauturier). En dehors des eaux françaises, le CRR reste obligatoire.

Pour obtenir votre formulaire de demande de licence, cliquer sur le lien suivant :
licence VHF.pdf

Il vous sera attribué ensuite un numéro MMSI (identification du navire) pour faciliter d'eventuels secours.

Ceux qui possèdent déja une licence peuvent faire uniquement la demande de numéro MMSI. Le formulaire de demande d'attribution de MMSI est disponible sur le lien suivant : MMSI.pdf

Pour plus d'information, consultez le site de l' ANFR ( Agence Nationale des Fréquences) : le site de l' ANFR


Enfin, le couplage de la VHF fixe ASN (Appel Séléctif Numérique) au GPS de bord permet de diminuer le matériel de secours obligatoire à bord (fusées parachute et fumigènes...).

Pour plus d'information, consultez le site officiel : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-materiel-de-securite-et-les.html

 


Le matériel de sécurité obligatoire en mer et les limites d' utilisation (17 Janvier 2011)

 

En 2008, la réglementation applicable aux navires de plaisance de moins de 24 mètres a évolué et change d’appellation : issue d’une large concertation, la division 240 remplace depuis le 15 avril 2008 la division 224 du règlement annexé à l’arrêté du 23 novembre 1987 relatif à la sécurité des navires.

Téléchargez la fiche plaisance : L’équipement de sécurite des navires de plaisance

Une meilleure lisibilité

Les règles sont simplifiées : un seul régime d’emport de matériel de sécurité vaut désormais pour tous les types d’embarcations, en fonction de l’éloignement d’un abri. La dotation dite "basique" est embarquée pour les navigations à moins de 2 milles d’un abri, la dotation "côtière" pour celles à moins de 6 milles d’un abri, et au delà c’est la dotation "hauturière" qui s’applique. Pour la construction amateur, le référentiel interne accessible gratuitement limite le recours aux normes extérieures uniquement à la stabilité et à la fourniture d’équipements déjà approuvés.

La responsabilité du chef de bord réaffirmée

Ces dispositions réaffirment la responsabilité du chef de bord, le choix lui étant laissé d’adopter certaines configurations d’équipement en fonction de la navigation réalisée, notamment pour ce qui concerne les moyens de sauvetage individuels. Ainsi, le port d’une combinaison de protection adaptée dispense-t-il de brassières de sauvetage, ou encore le port de brassières de sauvetage allié à un moyen de repérage lumineux, comme une lampe de poche étanche, permet d’être dispensé de bouée de sauvetage avec feu à retournement. Cette dernière peut elle-même être remplacée par d’autres moyens équivalents, tels que perches IOR, planches dynamiques, dispositifs gonflables ou intégrables aux navires, etc. De même, en navigation hauturière une installation VHF adéquate permet de s’affranchir des fusées à parachute et des fumigènes, équipements par ailleurs délicats à stocker, utiliser, et recycler en fin de vie.

Une réglementation moderne permettant d’intégrer les innovations technologiques

Cette réglementation favorise l’innovation technique ; elle retient les exigences essentielles de sécurité sans figer les moyens matériels pour y parvenir.

division 240 version consolidée le 10 juin 2010 (PDF - 905 Ko)

 

Qu’est-ce qu’un abri ?

"Tout lieu ou le navire peut soit accoster soit mouiller en sécurité".

Le Chef de bord embarque le matériel de sécurité adapté à la navigation pratiquée

Basique jusqu’à 2 milles d’un abri

- Équipement individuel de flottabilité ou une combinaison portée par personne embarquée

1 moyen de repérage lumineux

1 dispositif d’assèchement fixe ou mobile

1 moyen de remonter à bord une personne tombée à l’eau

1 dispositif coupe-circuit en cas d’éjection du pilote sur navire hors-bord à barre franche au delà de 4.5 kw de puissance totale des moteurs ou un véhicule nautique à moteur

1 dispositif de lutte contre l’incendie

1 dispositif de remorquage

1 ligne de mouillage appropriée sauf embarcations de capacité < 5 adultes
pour les navires francisés, le pavillon national et les moyens de l’arborer de manière visible.

 

 

Côtier jusqu’à 6 milles d’un abri

- le matériel d’armement et de sécurité basique ainsi que :

- 1 dispositif repérage et assistance d’une personne tombée à l’eau sauf embarcations de capacité < 5 adultes et tous pneumatiques

3 feux rouges automatiques à main

1 miroir de signalisation

1 compas magnétique

Carte(s) de navigation de la zone fréquentée, papier ou électronique

le règlement international pour prévenir les abordages en mer (RIPAM)

1 document de synthèse du Balisage éventuellement sous forme de plaquettes autocollantes.

 

 

Hauturier au delà de 6 milles d’un abri

- le matériel d’armement et de sécurité côtier ainsi que :

- 1 harnais et 1 longe par personne à bord d’un voilier

1 harnais et 1 longe par navire non-voilier

Radeau(x) de survie ou annexe(s) de sauvetage

3 fusées à parachutes sauf VHF/ASN opérationnelle à bord

2 fumigènes flottants sauf VHF/ASN opérationnelle à bord

matériel permettant de faire le point, tracer et suivre une route

dispositif de réception des prévisions météorologiques marines

livre des feux tenu à jour

annuaire des marées sauf en Méditerranée

journal de bord

1 trousse de secours

 

 

Le RIPAM prévoit que tout navire doit disposer à son bord des matériels suivants :

- 1 boule de mouillage proportionnelle à la taille du navire ;

1 cône de marche au moteur pour les voiliers ;

1 cloche pour les navires d’une longueur supérieure à 20 mètres ;

feux de navigation en cas de sortie nocturne.

 

 

Le Chef de bord peut désormais choisir l’option la plus adaptée parmi les équipements individuels de flottabilité (EIF). Il doit être adapté à la morphologie de l’utilisateur et répondre aux caractéristiques suivantes :

50 newtons (aide à la flottabilité) → utilisation jusqu’à 2 milles d’un abri

100 newtons (gilet de sauvetage) → utilisation jusqu’à 6 milles d’un abri

150 newtons (gilet de sauvetage) → utilisation toutes zones

100 newtons (gilet de sauvetage) → pour les enfants de 30 kg maximum quelque soit la distance d’éloignement.

Ces équipements sont ou marqués CE ou. Les brassières approuvées marine marchande française (MMF) peuvent être embarquées jusqu’au 01/01/2011.

Le port d’un EIF par chaque passager peut dorénavant dispenser de détenir à bord un dispositif de repérage et d’assistance d’une personne tombée à l’eau.

 

 

Moyen de repérage lumineux"Pour être secouru il faut être vu"

Au choix, il peut être collectif (lampe, projecteur, perche IOR, etc...) ou individuel s’il est étanche et porté par chaque personne à bord.

 

 

VHF ASN(Appel Sélectif Numérique)

Cet équipement permet d’envoyer automatiquement sa position au CROSS en cas de détresse. A delà de 6 milles d’un abri, le chef de bord peut choisir de n’embarquer ni fusées à parachutes, ni fumigènes s’il dispose d’une VHF ASN interfacée à un GPS.

 

 

Dispositif de lutte contre l’incendie

- Extincteurs :

La durée de vie et la périodicité des contrôles des extincteurs sont fixées par le fabricant, le matériel embarqué doit être à jour des visites d’entretien ainsi définies. Les extincteurs doivent être marqués CE (normes EN/ISO ou EN ou NF) ou

- Couverture anti-feu :

Elles doivent être conformes à la norme EN 1869


Cette page constitue un outil de documentation pour la pêche de loisirs et n'engage pas la responsabilité du site ou de l'Association.
HAUT DE PAGE