Passer au contenu principal

Bastia Offshore Fishing Association

La passion de la pêche sportive en Méditerranée !

Accueil  Actualités  Qui sommes-nous ?  Charte  Biologie  Produits et services  Le bateau  Règlements  Photos et vidéos  Boutique  Contact et adhésions  Liens   
Revue de presse
Communiqués
Projets

 
Corse Net Infos, article "Au large de la Corse dans le sillage du Concordia"
par Charles Monti, le Jeudi 24 Juillet 2014


Journal Corse-Matin, édition du Mercredi 16 Juillet 2014
 

 
 

Journal Corse-Matin, édition du Dimanche 22 Septembre 2013


Le Bastia Offshore Fishing était représenté lors de cette réunion. "A l'unanimité, les participants ont rappelé leur opposition à l'implantation de fausse réserve, où seule la pêche professionnelle serait autorisée, et a souligné son caractère discriminatoire. Des réserves, oui, mais pour tous, pourront, seules, préserver et développer la faune aquatique."
 

Journal Corse-Matin, édition du Mercredi 10 Juillet 2013



 


 
RIUTORT J. J., 2012. Premier signalement d'Epinephelus aeneus (GEOFFROY ST. HILAIRE, 1817) (Perciformes, Serranidae), dans les eaux méditerranéennes françaises. [First record of Epinephelus aeneus (GEOFFROY ST. HILAIRE, 1817) (Perciformes, Serranidae) in the french Mediterranean waters]. BSSHNC N° 738-739 : pp. 183-192. (sous presse).
Le biologiste marin de l' Association "Bastia Offshore Fishing Club", Jean-Jacques Riutort, a écrit un article sur les premiers signalements d' Epinephelus aeneus (mérou blanc) dans les eaux françaises. Il s'agit du premier signalement de l'espèce pour les côtes françaises (Corse) et le nord-est de la Méditerranée. Les deux spécimens ont été capturés courant 2012 dans le secteur nord-Corse. Le premier spécimen a été capturé par un pêcheur professionnel, le second par l' Association Bastia Offshore Fishing. L' article a été publié dans le Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, fascicules n°738-739 .
 

BssHnc n° 738-739 (2012)

Premier signalement d’Epinephelus aeneus (GeoffRoy st. HiLaiRe, 1817)

(Perciformes, serranidae), dans les eaux Méditerranéennes françaises.

Jean-Jacques RiUTORT

Epinephelus aeneus, individu (Lt = 438 mm) capturé le 26 juillet 2012 au sud de Bastia (nord-est corse, france, Mer tyrrhénienne).

  

Résumé. La capture de deux individus de mérou blanc, Epinephelus aeneus (GEOFFROY ST HILAIRE, 1817) (Perciformes, Serranidae), dans le nord de la Corse constitue le premier signalement de cette espèce pour les côtes françaises et le nord-ouest de la Méditerranée. Le premier individu mature (LT = 540 mm), a été capturé dans le Golfe de St Florent, le 10 juillet 2012, tandis que le second individu immature (LT = 460 mm) l’a été au sud de Bastia (mer Tyrrhénienne), le 26 juillet 2012.

 

Mots clefs. Epinephelus aeneus, France, Corse, Méditerranée, Mer tyrrhénienne, méridionalisation, zoogéographie, premier signalement.

 

Abstract. The capture of two female specimens of white grouper, Epinephelus aeneus (GEOFFROY ST HILAIRE, 1817) (Perciformes, Serranidae), north of Corsica, is the first record for the French waters and the north-western Mediterranean Sea. The first specimen, a mature individual (TL = 540 mm), was caught in the Gulf of Saint-Florent, whereas the second one, an immature individual (TL = 460 mm), south of Bastia (Tyrrhenian Sea).

 

Keywords: Epinephelus aeneus, French, Corsica, Mediterranean Sea, Tyrrhenian Sea, meridionalization, zoogeography, first record.

 

Journal "Corse-Matin", édition du dimanche 7 Octobre 2012

 

 
 

 


Magazine Le Pescadou N°78 Février/Mars 2012

Le Pescadou Magazine a réalisé un reportage sur notre association en septembre 2011 !

 

 

 

 

 

 

  

 


 

Bulletin Info FFPM Décembre 2011 : projet "Handicap"

Le magazine Info FFPM nous a consacré un article dans son édition de décembre 2011 : le projet "Laissons le handicap à terre !" y est mis en avant !

  
 

Ouvrage "Toutes les pêche en bateau aux appâts et aux leurres", Guillaume Fourrier

 

L' association "Bastia Offshore Fishing" a participé à la réalisation de cet ouvrage sur la pêche en mer en bateau, publication que nous vous recommandons de découvrir...

 
  

Journal Corse-Matin du 13 Juillet 2011
 

Parution dans le journal Corse-Matin du 15 Février 2011
 

Parution dans le magasine Voyages de Pêche N° 82, Aout-Septembre 2010

 


Article du Corse Matin du 11 Aout 2010 :

"les bases d'une réglementation pour la pêche de loisir sont jetées"

 

La position du Club sur cet article :

 

"Tout en étant favorable à toute règlementation permettant de mieux lutter contre le braconnage ou la vente illégale du poisson, et tout en condamnant l'ensemble des pratiques illégales, nous ne pouvons laisser croire qu'une limitation de la pêche de loisir est une solution suffisante et durable pour éviter la surpêche et la diminution de la ressource halieutique.

Ainsi dans cet article paru dans Corse-Matin, on a laissé entendre que les prélèvements de poissons réalisés par les plaisanciers étaient la cause principale de la raréfaction du poisson, et qu'en ce sens l'élaboration d'une charte pourrait permettre une meilleure gestion des stocks et des prélèvements.

Or les dernières études publiées par le Grenelle de la Mer démontrent que la pêche de loisir, toute activité confondue, ne représente que 3% des captures annuelles en France ! Il est donc indéniable que le principal éffort de pêche est bien celui lié à l'activité des pêcheurs professionnels. Ainsi, si il y a diminution de la ressource -et tous les indicateurs semblent bien le montrer !-, limiter la pêche de loisir n'aurait qu'un impact très modéré et aucunement suffisant pour assurer une gestion pérenne des stocks de poissons.

Une enquête relative à la pêche de loisir française, réalisée par l'IFREMER et BVA entre 2006 et 2008, a donné les résultats suivants :

- 2,58 millions de personnes ont pratiqué au moins une fois la pêche de loisir en mer en 2005 ( à pied, du bord ou en bateau),

- les prélèvements annuels pouvant être attribués à l'ensemble de la pêche maritime de loisir en France sont estimé à 15000 tonnes de poissons (dont 5000 tonnes de bar pêchés essentiellement en Atlantique), 500 tonnes de céphalopodes, 1500 tonnes de crustacés (Atlantique), 12000 à 15000 tonnes de coquillages (essentiellement en Atlantique).

- Si l'on prend en compte les 55% de pêcheurs qu déclarent avoir pris au moins un poisson en 2005 dans l'enquête téléphonique (1,347 millions de pêcheurs), on obtient un prélèvement moyen de 18kg par pêcheur par an.

-Si l'on prend en compte l'ensemble des pêcheurs de poissons potentiels (2,450 millions de pêcheurs), ce poids moyen de prélèvement est alors ramené à 10 kg par an par pêcheur.

Ainsi la grande majorité des pêcheurs de loisir effectue un prélèvement annuel entrant parfaitement dans le cadre d'une consommation familiale (législation actuellement en vigueur), avec une moyenne de 10kg par an.

Par ailleurs, un autre chiffre peut avoir son importance : les dépenses directement affectées à la pêche récréative (déplacement, matériel, bateau, revues...) ont été estimées à près de 900 millions d'euros par an pour la France métropolitaine, se décomposant ainsi :

-dépenses liées à l'équipement : 435 M€

-dépenses relatives à l'embarcation : 308 M€

-dépenses de déplacement : 152 M€

En regard de cette manne financière, l'idée d'un permis de pêche PAYANT serait perçue comme injuste et inacceptable.

Tout en étant favorable à un permis de pêche GRATUIT permettant de mieux évaluer et de connaître l'impact de la pêche de loisir, nous sommes fermement opposé à un permis de pêche en mer payant, car d'une part il n'aurait aucun impact sur le braconnage (pratique déja illégale et pourtant existante), d'autre part son instauration en Espagne a été un échec total...

Pour conclure : si il nous semble évident que la lutte contre le braconnage doit s'intensifier, que des dispositions doivent être prises pour lutter contre la vente illégale de poissons, et que nous devons tous oeuvrer, professionnels comme plaisanciers, pour que les prélèvements restent raisonnés afin que la ressource halieutique se renouvèle, il nous semble inopportun de laisser croire que l'ensemble des pêcheurs-plaisanciers exercent une trop forte pression de pêche sur le milieu marin au point de mettre cette ressource en péril, alors que 97% de l'effort de pêche est réalisé par les pêcheurs professionnels.

Chaque usager de la mer se doit aujourd'hui de réaliser l'analyse de sa propre pratique, afin de contribuer à la preservation de notre environnement marin commun, afin que les générations futures puissent également en profiter !"

L'équipe du Bastia Offshore Fishing Club.


Parution dans le journal Corse Matin du 8 Aout 2009

 

 


Parution dans le magasineN°8 de la FFPM, Juin 2009

 

 


Parution dans le magasinedu CE de la SNCM, édition "printemps 2009-2010-2011-2012"

 


Parution dans le magasine Voyages de Pêche N° 11, Hors serie Juillet-Aout-Septembre 2008

 


Parution dans le magasine Pêche en Mer N°278 Septembre 2008

Une nouvelle association

"Le Bastia Offshore Fishing Club ne reste pas les deux pieds dans le même sabot. A peine né, il propose un site particulièrement soigné que nous vous invitons à découvrir. Respect de la ressource et des règles de capture, marquage des poissons, recensement des mammifères marins et des cétacés font partie de la routine de ce club. Parmi les techniques de pêche, signalons la pêche hauturière, le jigging et le tai jigging, les pêches au lancer, le popper, la pêche au gros.

Les vidéos, les photos et l'esprit de l'association donnent bien l'envie de partager...

www.bastia-offshore-fishing.com "

 


Parution dans le journal Corse Matin du 18 Décembre 2008

 

 


 

HAUT DE PAGE