Réserver maintenant
Accueil

Règlements

Réglementation en vigueur à bord du Quicksilver 900

1 / Licences :

La souscription d'une licence est obligatoire, le tarif est fixé pour cette année 2018 à 60 €. Il s'agit d'une licence annuelle comprenant une assurance obligatoire Responsabilité Civile qui couvre tous les licenciés dès l’instant qu’ils sont à bord.

Les étudiants bénéficient d'une réduction : le tarif de la licence annuelle a été fixé à 30 €.

Ces cotisations devraient permettre, en outre, de financer les campagnes de marquage des espèces et couvrir les frais de fonctionnement et de communication de l'Association.

Nous aavons également mis en place une cotisation de " solidarité et de représentativité des pêcheurs-plaisanciers insulaires" pour les sympathisants de l'Association. Elle s'élève à 20 € annuel. Elle concerne les personnes souhaitant simplement soutenir la démarche et les projets de l'Association, et être ainsi consultées et défendues par l'Association.
Tout adhérent, à compter de son affiliation à l'Association, s'engage à respecter la "Charte de l'Association" (Recommandations de bonne pratique des pêcheurs-plaisanciers membres de l'association). Le Club est affilié à la FFPM. L'affiliation d'un membre de Club à la FFPM nécessite le règlement d'un supplément de 40 € pour les adultes. Cette affiliation n'est pas obligatoire et intéresse surtout les pêcheurs qui participent à des concours de pêche.

2 /Respect du matériel :

Le bateau Quicksilver 900 ainsi que le matériel de pêche sont mis à disposition de l'association par ses propriétaires. En conséquence, chaque licencié s’engage :

- à respecter le matériel et les consignes de l'équipage,
- à se comporter en personne responsable et vigilante.

En cas de perte ou de casse occasionnée par un licencié, l'association pourra en exiger réparation.

3 / Participation aux frais :

Le club Bastia Offshore Fishing fonctionne sur le modèle associatif (association à but non lucratif loi de 1901).

Afin d'assurer une gestion équitable et pérenne de l'Association, il sera simplement demandé lors de chaque sortie, suivant le programme de pêche choisi et le nombre de participants, un forfait journalier permettant de partager les frais de carburant, les boissons à bord, éventuellement les repas, les consommables ou l'achat d'appâts. Il est en général compris entre 80 € et 120 € par personne pour une journée de pêche (en général de 7h à 18h).

4 / Sortie " découverte" ou "bon-cadeau" :

Pour les personnes désirant découvrir nos activités, ou pour faire un cadeau à un proche, nous avons mis en place les sorties "découverte", au tarif unique tout compris de 150 € la journée de pêche (licence au club, assurance RC obligatoire, carburant, repas, boissons, matériel...). Dans le cas de la pêche au "tout gros" au broumé (du 9 juillet 2018 au 31 août 2018 puis du 10 au 28 septembre 2018), il y a un supplément de 30 € pour les appâts. La journée de pêche est également plus longue (6h-19h en général). A noter que la pêche au "tout gros" est réservée à un public adulte averti.

5 / Annulation :

En cas de problème majeur (météo défavorable, défaillance technique …), toute sortie pourra être annulée sans préavis par le skipper et reportée à une date ultérieure.

L'équipage étant constitué de membres bénévoles, donc non rémunérés, les sorties en mer seront programmées en fonction de leur disponibilité professionnelle. Les parties de pêche ont lieu le plus souvent le dimanche et les jours fériés, afin de réunir suffisamment de participants et de diminuer le coût de la sortie pour chaque membre. Cependant, en période de vacances, les sorties peuvent aussi avoir lieu en semaines si il y a suffisamment de participants.

Le club organise chaque année, sauf problème technique (panne mécanique, absence de skipper) une trentaine de parties de pêche.

6 / Embarquement :

Chaque membre est tenu de respecter les horaires de départ qui auront été fixés. L'équipage se réserve le droit, en cas de retard abusif, de ne pas attendre tout licencié retardataire. Il est donc demandé aux licenciés d'être ponctuels le jour de l’embarquement pour leur sortie pêche.

7 / Comportement à bord :

La pêche au gros étant une activité sportive de haut niveau, chaque membre est tenu de respecter scrupuleusement les consignes de l'équipage. Un comportement exemplaire est recommandé à l’égard de l’équipage et des autres membres à bord.

Le skipper est le seul habilité à décider des directives à prendre à bord du bateau, en vue de garantir la sécurité de ses membres.

Tout comportement anormal ou susceptible de gêner le bon déroulement de la sortie peut entraîner l'exclusion.

8 / Enfants:

Pour des raisons évidentes de sécurité, les enfants en bas âge ne sont pas admis à bord, sauf autorisation préalable accordée par les dirigeants. Dans ce cas le port du gilet est obligatoire et la présence d'un parent pourra être éventuellement exigée par les membres d'équipage.

9 / Sécurité à bord :

Le bateau est une unité de 9 mètres, armé en 3ème catégorie et doté de tout l'équipement requis et nécessaire pour la navigation hauturière en toute sécurité (gps-lecteur-traceur de route, sondeur, pilote automatique, VHF-ASN, survie, brassières etc….).

Cependant, pour éviter tout accident malencontreux, chaque membre devra rester vigilant et se conformer aux consignes de sécurité dictées par le skipper et l’équipage.

Toute personne ne sachant pas nager est priée d'en informer l'équipage lors de l’embarquement.

10 / Pratique du no-kill :

Conscient qu'une nouvelle attitude doit être adoptée par tous les pêcheurs en raison des menaces que font peser la surexploitation des océans de la Planète et la raréfaction des effectifs de nombreuses espèces de poissons, l'association Bastia Offshore Fishing et l'équipage du bateau s'engagent :

à laisser le libre choix au pêcheur sportif de relâcher le poisson qu'il a combattu quel que soit le poids du poisson, si celui-ci n'est pas blessé et que la remise à l'eau du poisson dans de bonnes conditions ne présente aucun risque pour les personnes à bord,
à relâcher systématiquement, pour les espèces dites "sensibles", les prises ne s'étant jamais reproduites lorsqu'elles ne sont pas blessées,
à n'embarquer à bord du bateau que les poissons combattus suivant les règles d'éthique,
à respecter le règlement de l'IGFA (association internationale de pêche au gros) dans le cas d'une éventuelle homologation de record par le pêcheur sportif.

En outre, seuls le skipper et les membres de l'équipage sont habilités à juger du poids et de l'état du poisson.

11 / Assurance :

La garantie en Responsabilité Civile couvre tous les passagers dès l’instant où ils sont à bord. Cependant les dommages, la détérioration, la chute à l’eau et donc la perte de tout matériel photographique et caméscopes ainsi que clés, lunettes, bijoux de toutes sortes, téléphones portables, papiers d’identité, chéquiers, cartes bancaires, argent liquide et tous les autres effets personnels quels qu’ils soient ne sont pas couverts par l'Assurance RC. Il est donc demandé de n’emporter que le strict nécessaire pour votre sortie en mer.

12 / Photos et films :

A l'occasion de ces sorties, il n'est pas rare de croiser dauphins, baleines, cachalots et autres cétacés, lesquels sont très fréquents en méditerranée. Dans ces situations :

les membres d'équipage se réservent le droit de ne pas déranger les mammifères marins et autres cétacés (activité de reproduction, chasse...),
si l'approche de ces spécimens est possible, il est permis aux membres d' immortaliser ce moment fort à l'aide de leur propre matériel photographique ou vidéo,
le Bastia Offshore Fishing Club dispose également de son propre matériel photo et vidéo, ainsi que d'un caisson étanche pour réaliser des films en immersion,
l'Association reste le propriétaire exclusif des droits d'images à bord du bateau au cours des sorties en mer.

13 / Repas et boissons :

Les repas et les boissons à bord sont généralement inclus dans la participation journalière. Toute personne soumise à un régime alimentaire particulier est prié de le signaler avant la sortie en mer.

L' heure du repas peut être fixé d’un commun accord entre les participants ou imposée par l'équipage en fonction du programme de la journée.

Afin d'éviter la déshydratation, qui peut parfois avoir des conséquences sévères, il est conseillé à tous les membres de boire régulièrement au cours de la sortie.

14 / Tenue vestimentaire et protection solaire :

Période estivale : se vêtir le plus légèrement possible, et se munir d’un chapeau ou d’une casquette, de lunettes et de crème solaire (en pleine mer la réverbération est très importante).
L'équipage ne saurait être tenu responsable de coups de soleil ou d’insolations. Il est cependant recommandé d'apporter un vêtement chaud en toute saison.
Période hivernale : les conditions en mer étant parfois difficiles, prévoir plusieurs épaisseurs de vêtements ainsi que des vêtements étanches.
Afin de préserver l’aspect du pont du bateau, il est interdit de porter des chaussures avec de semelles noires.

Une information sur les prévisions météorologiques et l’équipement adéquat sera diffusée avant la sortie si nécessaire.

15 / Matériel de pêche :

Chaque participant peut amener son propre matériel de pêche pour le tester si il le désire, après accord des membres d'équipage.

16 / Mal de mer :

Toute personne souffrant du « mal de mer » est priée de s’abstenir ou tout du moins de prendre tout traitement de nature à palier ses effets indésirables.

En cas nausées, le retour à l’embarcadère ne peut être décidé qu’à l’unanimité des participants. Il est conseillé aux participants de ne pas consommer de boissons alcoolisées la veille de la sortie et de se coucher à une heure raisonnable. En effet, alcool et fatigue augmentent de façon significative la sensibilité et les effets du "mal de mer". Pour les personnes sensibles au mal de mer, le médicament SCOPODERM TTS est dispositif trans-dermique d'une redoutable efficacité. Il doit être pris la veille de la sortie (entre 6 et 12 heures avant l'heure de départ) et sa durée d'action est de 72 heures.

17 / Etat de santé :

Toute personne présentant un problème de santé pouvant se déclarer à bord ou susceptible d'être incompatible avec le bon déroulement de la sortie en mer est priée d'en informer préalablement l'équipage.

18 / Accès aux handicapés :

En fonction du handicap affectant un licencié, les dirigeants de l' Association feront tout leur possible pour lui permettre de participer aux sorties en mer, dans la mesure où la situation ne fait encourir aucun risque à l'intéressé ou aux autres licenciés.

Réglementation pêcheurs-plaisanciers

Arrêté du 17 Mai 2011 imposant le marquage des captures effectuées dans le cadre de la pêche maritime de loisir 

En application de l’arrêté du 17 mai 2011 version consolidée au 28 mai 2011, le marquage des espèces capturées est obligatoire quelle que soit la forme de pêche pratiquée ( à pied, du rivage, sous-marine ou en bateau) dans les eaux françaises, pour l'ensemble des espèces suivantes : le loup (bar), la bonite, le cabillaud, le corb, le denti, la coryphène, l' espadon, l' espadon voilier, le homard, la langouste, le lieu jaune, le lieu noir, le maigre, le makaire bleu, le marlin bleu, le pagre, la rascasse rouge, le sar commun, la sole, le thazard, le thon blanc, le voilier de l' atlantique.

Ce marquage consiste en l'ablation de la partie inférieure de la nageoire caudale.

Les spécimens des espèces pêchées par des plaisanciers embarqués ou des pêcheurs sous-marins pêchant à partir d'un navire sont marqués dès la mise à bord, sauf pour les spécimens qui sont conservés vivants à bord avant d'être relâchés. Le marquage s'effectue, dans tous les cas, avant le débarquement.
Pour les pêcheurs sous-marins pratiquant à partir du rivage, ce marquage doit intervenir dès qu'ils ont rejoint le rivage.
Pour les pêcheurs à la ligne pratiquant depuis le rivage, ce marquage doit intervenir dès la capture.

Hormis l'opération de marquage, les spécimens pêchés doivent être conservés entiers jusqu'à leur débarquement, le marquage ne devant pas empêcher la mesure de la taille du poisson.

Le marquage obligatoire de certaines espèces nobles a pour but de lutter contre la vente illégale du poisson issue de la pêche de loisir.

C'est arrêté, qui vient compliquer encore un peu la pratique de la pêche de loisir, est tout de même une alternative au permis de pêche que certaines instances ont voulu nous imposer.

A noter que certaines espèces nobles, à forte valeur marchande, ont été oubliées (le Saint-Pierre notamment). D'autre part, dans le texte officiel, l 'utilisation de l'appellation "thon jaune" est erronée, il s'agit en fait du "thon blanc". Nul ne doute que le tir sera rectifié prochainement...

Réglementation thon rouge

La pêche du thon rouge en no-kill est autorisé du 16 juin au 14 octobre 2018. Le poisson doit être relaché dans l'eau (interdiction de le monter à bord). LA pêche en no-kill est autorisé uniquement aux pêcheurs en ayant fait la demande et donc détenteur d'une autorisation de pêche en no-kill.

La capture en pêche récréative est possible du 9 juillet au 31 août 2018, puis du 10 septembre au 28 septembre 2018. Le poids minimum de capture est de 30 kg ou 115 cm. La capture est limité à un poisson par jour par navire, à condition que celui-ci soit détenteur d'une autorisation de capture et d'une bague de capture. Le poisson devra être marqué immédiatement après la capture (la bague de marquage se place au niveau de la queue du poisson).

Réglementation espadon

La pêche sportive ou de loisir de l'espadon (Xiphias gladius) est interdite du 1er Janvier au 31 Mars de chaque année. Du 1er Avril au 31 Décembre, cette pêche est autorisée uniquement dans le cadre de la pratique du pêcher-relâcher. Le poisson doit toujours être relaché immédiatement après sa capture, la détention à bord est interdite (il est donc recommandé de lui retirer l'hameçon dans l'eau, il est interdit de le monter à bord). 

Réglementation Mérous et Corb

Réglementation sur le pêche de loisir des mérous en Corse

Arrêté n°2013357-0001 du 23 Décembre 2013

Dans les eaux maritimes autour de la Corse, le pêche des espèces listées ci-après est interdite au moyen des techniques et procédés de pêche suivants :

Pêche sous-marine :

- Mérou brun (Epinephelus marginatus)

- Badèche (Epinephelus costae)

- Mérou gris (Epinephelus caninus)

- Mérou royal (Mycteroperca rubra)

- Cernier royal (Polyprion americanus)

Pêche maritime de loisir au moyen d'hameçons, lignes, palangres et palangrottes :

- Mérou brun (Epinephelus marginatus)

- Badèche (Epinephelus costae)

- Mérou gris (Epinephelus caninus)

- Mérou royal (Mycteroperca rubra)

Réglementation sur le pêche de loisir du corb en Corse

Arrêté n°2013357-0002 du 23 Décembre 2013

Dans les eaux maritimes autour de la Corse, le pêche sous-marine et la pêche de loisir au moyen d'hameçons, lignes, palangres et palangrottes, du corb (Sciena umbra) est interdite.

Tailles minimales de capture des espèces de poissons de Méditerranée

Arrêté du 26 Octobre 2012 déterminant la nouvelle taille minimale ou poids minimal de capture des poissons dans le cadre de la pêche maritime de loisir en Méditerranée

Anchois (Engraulis encrasicolus) : 9 cm.
Bar/loup commun (Dicentrarchus labrax) : 30 cm.
Cernier Atlantique (Polyprion americanus) : 45 cm.
Chapon (Scorpanea scofra) : 30 cm.
Chinchard (Trachurus spp.) : 15 cm.
Congre (Conger conger) : 60 cm.
Corb (Sciaena umbra) : 35 cm.
Dorade grise (Spondyliosoma cantharus) : 23 cm.
Dorade commune (Pagellus bogaraveo) : 33 cm.
Dorade royale (Sparus aurata) : 23 cm.
Maigre (Argyrosomus regius) : 45 cm.
Maquereau (Scomber spp.) : 18 cm.
Marbre (Lithognathus mormyrus) : 20 cm.
Merlu (Merluccius merluccius) : 20 cm.
Mérous (Epinephelus spp.) : 45 cm.
Mostelle (Phycis blennoids) : 30 cm.
Pageot acarne (Pagellus acarne) : 17 cm.
Pageot gros œil (Pagellus bogaraveo) : 33 cm.
Pageot rouge (Pagellus erythrinus) : 15 cm.
Pagre commun (Pagrus pagrus) : 18 cm.
Rouget barbet ou de roche (Mullus spp.) : 15 cm.
Sar commun (Diplodus sargus) : 23 cm.
Sar à museau pointu (Diplodus puntazzo) : 18 cm.
Sar à tête noire (Diplodus vulgaris) : 18 cm.
Sardine (Sardina pilchardus) : 11 cm.
Soles (Solea spp.) : 24 cm.
Sparaillon (Diplodus annularis) : 12 cm.
Thon rouge (Thunnus thynnus) : 30 kg ou 115 cm.

------------------------------

 

MESURE DE LA TAILLE D'UN ORGANISME MARIN


1. Toutes les espèces, sauf les istiophoridés, sont mesurées en longueur fourche, c'est-à-dire la distance en projection verticale entre l'extrémité de la mâchoire supérieure et l'extrémité du rayon caudal le plus court (cf. art. 10 du CE n° 520/2007).
2. Pour les istiophoridés, la taille est mesurée de la pointe de la mâchoire inférieure à la fourche de la nageoire caudale.
3. La taille des langoustines (Nephrops norvegicus) est mesurée :
― soit parallèlement à la ligne médiane à partir de l'arrière d'une des orbites jusqu'à la bordure distale du céphalothorax (longueur de la carapace) ;
― soit de la pointe du rostre jusqu'à l'extrémité postérieure du telson, à l'exclusion des setae (longueur totale ― LT) ;
― dans le cas des queues de langoustines détachées, à partir du bord antérieur du premier segment trouvé sur la queue jusqu'à l'extrémité postérieure du telson, à l'exclusion des setae. Cette mesure est faite à plat, sans étirement et sur la face dorsale.
4. La taille des homards (Homarus gammarus) correspond à la longueur de la carapace mesurée parallèlement à la ligne médiane à partir de l'arrière d'une des orbites jusqu'à la bordure distale du céphalothorax.
5. La taille des langoustes (Palinuridae) correspond à la longueur de la carapace mesurée de la pointe du rostre jusqu'au point médian de la bordure distale du céphalothorax.
6. La taille des tourteaux correspond à la largeur maximale de la carapace mesurée perpendiculairement à la ligne médiane antéropostérieure de la carapace.
7. La taille des araignées de mer correspond à la longueur de la carapace mesurée le long de la ligne médiane à partir du bord de la carapace entre les rostres jusqu'au bord postérieur de la carapace.
8. La taille des mollusques bivalves correspond à la plus grande dimension de la coquille.

THE INTERNATIONAL GAME FISH ASSOCIATION EUROPEAN DELEGATION

RÈGLES QUI RÉGISSENT L’ÉQUIPEMENT 1. La ligne (soie)

1.1. Les lignes de soie ou mono filament, multi filament et multi filament avec noyau de plomb sont permises pour les classements de ligne, voir Conditions requises pour Records Mondiaux.
1.2 L'usage de lignes métalliques est interdit.

2. « Backing » (ligne de réserve)

2.1. Il est permis de placer un « backing » entre la ligne de pêche et le moulinet (qui ne doit pas être attaché à la ligne de pêche), sans aucune restriction quant à la taille ou au matériau de la ligne de réserve. 2.2. Néanmoins, si la ligne de pêche est attachée ou reliée d'une façon ou d'une autre à la ligne servant de « backing », le record sera homologué dans le classement de la plus résistante des deux lignes, celle de pêche ou celle du backing. Dans ce dernier cas, le backing devra être conforme aux règles qui régissent la ligne de pêche : sa résistance (test) ne devra pas dépasser 60 Kg (130 Ibs) et sa classe et matériau de fabrication devront être prévus dans ces règles.

3. La double ligne

L'usage de la double ligne n'est pas obligatoire. En cas d'utilisation de la double ligne, cette dernière devra être conforme aux spécifications suivantes :

3. 1. La double ligne doit être faite dans le même matériau que celui de la ligne qui est utilisée pour pêcher (la ligne simple avec laquelle on pêche)
3.2 Les lignes doubles sont mesurées de l'endroit où commence le noeud, la tresse, la boucle ou la torsade, là où commence la double ligne jusqu'aux extrémités des noeuds,émerillons, crochets, poulies ou autres dispositifs servant à relier les guides et les fils de fer, les leurres ou hameçons aux lignes doubles.

La double ligne utilisée avec toute sorte de ligne jusqu'à (y compris) 20 Ibs (10Kg) se limitera à15 pieds (4,57 m). La longueur de la double ligne et du bas de ligne, ensemble, ne devra pas dépasser 20 pieds (6,1 m) La double ligne utilisée avec toute sorte de ligne d'une résistance supérieure à 20 Ibs (10 Kg) se limitera à 30 pieds (9,14 m) La longueur de la double ligne et du bas de ligne, ensemble, ne devra pas dépasser 40 pieds (12,19 m).

4. Le bas de ligne

Le bas de ligne n'est pas obligatoire mais, en cas d'utilisation, il devra être conforme aux spécifications suivantes :

4.1. On entend par longueur du bas de ligne la longueur totale de ce dernier, y compris les leurres, les hameçons et tout autre dispositif. Le bas de ligne doit être relié à la ligne de pêche, que ce soit par un crochet, un noeud, un émerillon, une poulie ou par tout autre dispositif
4.2. L'utilisation de tout dispositif de fixation manuelle est interdite. Aucune règle ou limite n'est posée quant au matériau de fabrication ou à la résistance du bas de ligne.
4.3. Les limitations de la longueur du bas de ligne sont les mêmes que celles posées pour la double ligne, que ce soit pour la pêche en mer ou pour la pêche en eau douce.

En mer : Le bas de ligne utilisé avec toute sorte de ligne jusqu'à (y compris) 20 lbs (10 Kg) se limitera à 15 pieds (4,57 m) La longueur de la double ligne et du bas de ligne, ensemble, ne devra pas dépasser 20 pieds (6,1 m)
Le bas de ligne utilisé avec toute sorte de ligne d'une résistance supérieure à 20 lbs (10 Kg) se limitera à 30 pieds (9,14 m) La longueur de la double ligne et du bas de ligne, ensemble, ne devra pas dépasser 40 pieds (12,19 m)

5. La canne

5.1. La canne doit être fabriquée dans le respect de l'éthique et doit respecter les usages sportifs. Le pêcheur est libre de choisir la canne qu'il désire utiliser, mais toute canne donnant au pêcheur un avantage injuste sera un motif de disqualification. Cette règle tend à faire disparaître l'usage de cannes non conventionnelles.

5.2. La pointe (de l'axe du moulinet à l'extrémité supérieure) de la canne doit au moins mesurer 40 pouces (101,6 cm) de long. Le manche (extrémité inférieure) de la canne ne doit pas être longue de plus de 27 pouces (68,58 m) Ces mesures devront être prises d'un point à partir du centre du moulinet. Un bout ou manche courbé doit être mesuré en ligne droite. (Ces mesures ne sont pas applicables aux cannes de « surf casting » pour la pêche de rivage.)

6. Le moulinet

6.1 Le moulinet doit être conforme aux règles étiques et aux usages sportifs.
6.2. Tout système de motorisation du moulinet est interdit. Cela inclut les moteurs hydrauliques à essence, les moteurs électriques et tous autres appareils ou dispositifs donnant au pêcheur un avantage injuste.
6.3. L'usage de moulinets à manivelle pourvus de cliques servant à bloquer le tambour lorsque le poisson tire est interdit.
6.4. L'usage de moulinets conçus pour récupérer la ligne avec les deux mains en même temps est interdit.

7. Hameçons pour pêcher avec des appâts naturels

7.1. Pour pêcher avec des appâts naturels, qu'ils soient vivants ou morts, il est interdit d'utiliser plus de deux hameçons simples. Tous deux doivent être fermement reliés ou fixés à l'appât. Les oeillets des hameçons doivent être séparés d'une distance au moins égale à la longueur de l'hameçon le plus long de tous les hameçons utilisés, néanmoins, ils ne doivent pas être séparés de plus de 18 pouces (45,72 cm), sauf si la pointe de l'un des hameçons peut être passée par l'oeillet de l'autre.
7.2. L'usage d'hameçons libres ou pendants est interdit. Il en va de même des hameçons doubles et/ou triples.
7.3. L'usage de ladite « ligne de fond » pour pêcher en fond est permis, à condition qu'elle ne compte pas plus de deux hameçons simples fixés séparément à deux voies indépendantes. Les deux hameçons doivent être respectivement appâtés et suffisamment distants l'un de l'autre afin que le poisson ne puisse pas avaler l'un des hameçons et s'accrocher à l'autre.
7.4. Toute demande d'inscription de record obtenu en pêchant au moyen d'un attirail de deux hameçons devra être accompagnée d'une photo ou d'un dessin en illustrant l'emplacement et le montage.

8. Hameçons et leurres

8.1. En cas d'utilisation d'un leurre artificiel à franges, jupes ou tout autre ajout conçu pour être traîné derrière la ligne, le nombre des hameçons simples à fixer à la ligne ou au bas de ligne est limité à deux. Les hameçons ne doivent pas être fixés séparément. Les oeillets des hameçons doivent être distants entre eux d'au moins la longueur la plus grande des deux hameçons ; quoi qu'il en soit, cette distance ne devra jamais dépasser 12 pouces (30,48 cm), sauf si la pointe de l'un des hameçons peut être passé par l'oeillet de l'autre. Le dernier des hameçons ne devra pas aller au‑delà des franges de l'appât le plus long armé à l'hameçon lui‑même. Une photo, un schéma ou un dessin du montage des hameçons devra être joint à la demande d'inscription de record.
8.2. L'usage d'hameçons multiples pour l'utilisation de différents types de leurres spécialement conçus à cet effet est permis. Les hameçons multiples devront se balancer librement et seront limités à un maximum de trois hameçons, qu'ils soient simples, doubles, triples ou de toute autre combinaison entre ces trois derniers. Pour pêcher avec des appâts naturels vivants ou morts, l'usage d'hameçons doubles sans triples n'est pas autorisé. Une photo ou un dessin de l'amorce ou du dispositif ou montage des hameçons devra être joint à la demande d'une inscription de record.

9. Autre matériel

9.1. Les sièges de pêche ne devront être dotés d'aucun appareil ou dispositif mécanique aidant le pêcheur au cour sa lutte avec le poisson.
9.2. Les tours de pêche ou colonnes doivent tourner librement et l'encrier ne peut être maintenu que sur le plan vertical. Tout support permettant au pêcheur de soulager la tension ou le pêcheur pendant sa lutte avec le poisson est interdit.
9.3. Les crochets, gaffes et haveneaux ou épuisettes utilisés pour monter un poisson à bord ou pour extraire le poisson de l'eau ne devront pas mesurer plus d'une longueur totale de 8 pieds (2,44 m) En cas d'utilisation d'une gaffe mobile (« flying gaff »), l'étendue de la corde devra être limitée à 30 pieds (9,14 m) L'extrémité doit être mesurée de l'endroit où est attachée la tête démontable à l'autre extrémité, en ne tenant compte que de la partie qui se détache. En cas d'utilisation d'une gaffe fixe, les mêmes limites seront applicables et les mesures devront être prises des mêmes points. Seuls les crochets simples sont permis ; les crochets multiples, les harpons et les lances sont interdits. Ces limites ne sont pas applicables si l'on pêche depuis des ponts, des quais ou toute autre structure fixe élevée
9.4. Les flotteurs sont interdits, à l'exception de tout autre petit dispositif flottant fixé à la ligne ou au bas de ligne, dans le seul but de mesurer la profondeur de l'appât. Ce flotteur ne doit jamais gêner la capacité de lutter du poisson.
9.5. Des dispositifs permettant d'enrouler le poisson, avec ou sans hameçons, sont interdits et ne devront être utilisés sous aucun prétexte, même pour prendre des appâts, camper, lutter ou extraire le poisson de l'eau.
9.6. Les tangons, écarteurs, plongeurs et cerfs‑volants sont permis pour que la ligne de pêche soit reliée au porte‑lignes ou à tout autre mécanisme servant à la, lâcher, que ce soit directement ou au moyen d'un autre matériel. Le bas de ligne et la double ligne ne doivent jamais être reliés à ce mécanisme, que ce soit directement ou au moyen de tout autre dispositif similaire. Les barres transversales ne sont admises que pour le strict usage des dispositifs d'excitation.
9.7. Les dispositifs d'excitation de tout type ne peuvent être utilisés que s'ils ne gênent pas ou n'inhibent pas la capacité normale du poisson à nager ou à lutter, ce qui donnerait au pêcheur ou à l'équipage un avantage injuste en extrayant le poisson de l'eau ou en le ramenant à bord.
9.8. Une ligne de sûreté ou filin de harnais de sécurité peut être placé sur la canne à condition qu'il n'aide absolument pas le pêcheur pendant la le combat.

RÈGLES DE PÊCHE

1. À partir du moment où le poisson mord, prend l'hameçon ou l'appât, le pêcheur doit ferrer, lutter et ramener le poisson jusqu'à ce que ce dernier puisse être immobilisé au moyen des gaffes sans l'aide d'une quelconque autre personne, à l'exception de celles prévues dans ces règles.
2. S'il est fait usage d'un support de canne (porte‑canne) et lorsqu'un poisson mord ou prend l'appât ou le leurre, le pêcheur doit extraire la canne de son fourreau aussi vite que possible. Le but de cette règle est d'obliger le pêcheur à ferrer lui‑même le poisson.
3. En cas de morsures multiples sur plusieurs lignes posées par un seul pêcheur, seul le premier poisson combattu par le pêcheur pourra être présenté pour un record mondial.
4. Par ces règles, on entend qu'en cas d'utilisation d'une double ligne, la ligne simple sera néanmoins celle qui sera utilisée le plus longtemps pendant la durée requise pour ramener le poisson jusqu'au bateau ou jusqu'au rivage, où celui‑ci pourra être immobilisé au moyen d'une gaffe ou d'un haveneau.
5. Le harnais peut être relié au moulinet ou à la canne, mais pas au siège de pêche. Indépendamment du pêcheur, une autre personne pourra changer ou régler le harnais.
6. L'usage d'une ceinture de support de cannes est permis, avec ou sans porte‑canne.
7. Si la pêche a lieu sur un bateau, lorsque le bas de ligne est à la portée de l'assistant ou que son extrémité touche la pointe de la canne, une ou, plusieurs personnes pourront le fixer.
8. Indépendamment des personnes qui soutiennent le bas de ligne, une ou plusieurs personnes peuvent poser des gaffes sur le poisson. Le manche de la gaffe doit être fixé à la main au moment de récupérer le poisson.
9. Les règles de pêche et celles se rapportant au matériel resteront applicables jusqu'à ce que le poisson ait été pesé.

Les actes suivants seront des motifs de disqualification :

1 . Non‑respect des règles se rapportant au matériel ou des règles de pêche.
2. Qu'une personne autre que le pêcheur touche toute partie de la canne, du moulinet ou de la ligne, y compris la double ligne, que ce soit directement ou avec un quelconque dispositif, alors que le pêcheur est en train de combattre le poisson ou que celle‑ci lui apporte une quelconque aide autre que celle permise par les règles de pèche. En cas de constatation d'un quelconque obstacle pour les guides de la canne, que ce soit des appâts, une autre ligne, un élastique ou tout autre matériel, de sorte que la ligne ne peut avoir de libre sortie, l'obstacle (non pas la ligne) pourra être tenu pour en décrocher la ligne. C'est le seul cas dans lequel une personne autre que le pêcheur pourra toucher la ligne.
3. Laisser reposer la canne dans un porte‑canne, sur le bord d'un bateau ou sur tout autre chose lors d'un combat contre un poisson.
4. Manipuler ou utiliser une ligne manuelle ou une corde reliée d'une façon ou d'une autre à la ligne ou au bas de ligne dans le but de soutenir ou de lever le poisson.
5. Tirer sur le poisson avec une arme à feu, un harpon ou une lance (y compris sur des requins et des flétans) avant de les sortir de l'eau.
6. Utiliser, en guise d'amorce ou d'appât (que ce soit pour pêcher un poisson ou pour l'attirer vers un appât ou un leurre), de la viande, du sang, de la peau ou toute autre partie d'un mammifère autre que le poil ou la peau de porc séché utilisé dans les leurres de ligne de fond et lancer.
7. Utiliser un canot ou tout autre dispositif pour entraîner un poisson vers des eaux moins profondes dans le but de réduire ses facultés normales de lutte ou pour le faire échouer sur la plage ou le rivage.
8. Changer de canne ou de moulinet pendant une lutte contre un poisson.
9. Relier, ôter ou ajouter de la ligne pendant une lutte contre un poisson.
10. Amorcer ou ferrer intentionnellement un poisson dans une partie autre que sa bouche (« voler du poisson »). 11. Pêcher un poisson de sorte que la double ligne ne parte jamais de la canne, c'est‑à‑dire, capturer un poisson avec la double ligne et le bas de ligne uniquement.
12. Utiliser toute espèce ou taille d'appât dont la possession serait illégale.
13. Attacher ou relier d'une façon quelconque la ligne ou le bas de ligne à une partie du bateau ou à tout autre dispositif dans le but de soutenir ou de soulever le poisson.
14. Capturer de nouveau le poisson dans le non‑respect des règles de pêche lorsque celui‑ci s'est échappé avant d'avoir pu lui poser les gaffes ou l'extraire de l'eau.

Les circonstances suivantes constitueront des motifs de disqualification :

1 .Une canne qui se rompt (au cours de la prise du poisson) de sorte que la pointe devienne plus courte que la longueur permise ou de sorte que les caractéristiques de la canne soient sérieusement altérées.
2. Toute mutilation causée au poisson par des requins, des mammifères ou d'autres poissons ou par les hélices d'un bateau qui pénètrent dans la chair ou la peau et la découvre (les blessures causées par le bas de ligne ou par la ligne, les éraflures, les vielles cicatrices et les difformités guéries ne sont pas des causes de disqualification). Toute mutilation présentée par le poisson devra être expliquée dans un rapport séparé, à joindre à la demande d'inscription.
3. Un poisson ferré ou emmêlé dans plus d'une ligne.
Réduire le carte